Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Eric
  • J'ai un pied dans le placard et deux mains sur mon clavier
  • J'ai un pied dans le placard et deux mains sur mon clavier

Blog

Page d'accueil: unpiedauplacard

Rechercher

Worldmap

 

2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 21:51
Ca fait un an que j'ai commencé mon blog. A l'epoque je ne pouvais pas m'imaginer ce qui allait se produire.

J'etais empetré dans mes etudes, ma vie de couple déclinante avec ma femme, et bien sur, ma dépression qui ne disait pas son nom.

Pourtant, j'avais fait le pari d'ouvrir ce blog, d'évoluer, et d'en parler.

C'est chose faite. En un an, j'ai fait d'abord ma révolution culturelle intérieure. J'ai accepté de me dire que j'etais gay, et que j'avais le droit d'etre heureux. J'ai ensuite accepté l'idée de me séparer de ma femme, ce qui était tres difficile, vu l'amour que j'ai pour elle. Ensuite, je lui ai parlé de mes tourments, et Dieu merci, elle a accepté notre situation, meme si cela s'est realise dans la douleur, parfois. Mieux, elle m'a aidé - et m'aide encore - a franchir cette période de transition. Ensuite, je me suis inscrit dans une agence matrimoniale pour Gays, et j'ai rencontré un homme magnifique, dans son corps et dans son esprit, Phil.

Alors bien sur, ceci est encore neuf, et encore des challenges m'attendent en 2009. Mais ma vie a changé, et dans des dimensions superieures a celles que je m'étais préparé.

Accepter mon identité a transformé la vision globale de ma vie.

Par exemple, je me plaignais de beaucoup de choses, comme mon travail. Et a présent, j'ai un regard différent. Je crois que je suis en train d'accepter pleinement mon identite, et j'envisage changer de metier radicalement. Je veux etre moi-meme, libre, avoir la carriere que je veux. Je ne veux pas d'une carriere post-HEC ou je serais enfermé dans un bureau et dans une hierarchie, a la merci des stakeholders, des PDG et des caprices de l'economie.

Pour ma famille, c'est semblable. Je me plaignais que mes "proches" ne se souciaent pas assez de moi. Je crois a present que je suis la seule personne responsable de mon bonheur - j'ai decidé de ne compter que sur moi pour le trouver.

Le blog m'a aidé. D'une part, j'ai recu des commentaires et des emails privés de soutien tres sympathiques. Ensuite, j'ai realisé que, comme je l'avais déja lu dans un livre de psychologie, écrire sa vie et ses tourments, que ce soit dans un livre ou dans un blog, sert de delivrance.

J'encourage tout le monde a en faire autant.
Partager cet article
Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 23:25
Il n'est pas bien habille, et il porte une petite barbichette tres sombre,
et je ne vois pas comment il est bati - car il est assis.
C'est la seule photo de lui, et ca fait une demi-heure que je le regarde.
Je crois deviner qu'il a un nez assez imposant, et qu'il s'est fait prendre de face
pour ne pas montrer son profil.

Quelqu'un que je connais, d'une agence matrimoniale pour gays,
m'a envoye cette photo de lui.
Son commentaire: [eric], je ne sais pas si vous tomberiez amoureux.
Mais j'ai un fort sentiment que oui.


Moi, j'ai un fort sentiment que c'est un sacre mec pour moi.
De mon Cyrano virtuel, je ne connais que son prenom: Alain.
Et un autre detail sans importance, qu'il est juif.
Egalement qu'il est beau, et celibataire depuis quelques annees.
Il ne frequente pas les bars ni les chat rooms,
car il est inscrit a l'agence pour y trouver l'amour.
Il regarde fixement la camera avec un sourire,
ses yeux sont legerement fermes, et trahissent quelques rides.

Des rides... chouette.
comme il a l'air tres sur de lui, et comme ca m'enerve,
je cherche les details que je pourrais utiliser pour l'enerver un petit peu...

Mais je n'ai pas beaucoup de chances de te rencontrer, Alain...
En te regardant, je comprends ce que tu cherches, et je pourrais te rendre heureux.
car je comprends le regard des hommes qui n'ont pas eu l'amour de leur vie,
c'est le regard que je croise tous les matins dans le miroir de ma salle de bains humide.
Je suis marrie, et j'ai encore beaucoup de tendresse pour ma femme.
Et tu vois, malgre tout, je sais que toi et moi, on s'entendrait bien.

Il est tard, et tu vas t'endormir, seul dans ton appartement de la rive droite.
apres quelques pages tu jetteras ton magazine,
et fixeras le plafond blanc de ta chambre.
Et tu te demanderas ce que ta journee t'a apporte...
Et tu t'endormiras sans savoir que je contemple ta photo sur mon ecran d'ordinateur.
Tu es si beau.

Et demain matin, on se reveillera a la meme heure,
mais dans des lits differents.
Et je croiserai mon regard dans le miroir de ma salle de bains humide,
celui-la meme des hommes qui n'ont pas eu l'amour de leur vie.
Partager cet article
Repost0
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 17:22

Je mange dans un grand restaurant lyonnais depuis une heure.
La salle est grande, les plafonds hauts, et le serveur si beau.

Sa peau est parsemee de taches claires qui contrastent avec ses yeux noirs.
Il a un air d'Etienne Daho, et il me plait.
La table d'a cote, une jeune fille dejeune avec ses parents,
elle est elegante et son sourire me fait craquer.

Week-end à Lyon, tous les trois sans personne,
Saint-Just, Croix-Rousse, s'il y a le temps,
Week-end guignol,
en bagnole de fortune,

Bonheur, soupirs, chanson pour rire
Chanson guignol, humm, chanson guignol pour une traboule

Week-end à Lyon
Afin de coincer mes bulles dans leurs bulles de canut
D'poser mon cœur guignol dans leurs bocaux, leur aquariums

Week-end a Lyon, pour la douceur de vivre, et pour le fun,
puisqu'on dejeune.
Retrouver le sourire,
J'prefere vous dire: humm, j'ai perdu mon sang froid.

Oh, j'voudrais tant
Afin de coincer mes bulles dans leurs bulles de canut
Et traîner avec ces deux gones qui ne ressemblent à personne


La notte la notte....

Partager cet article
Repost0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 16:32

Ca ne sera ni a Jouy en Josas ni dans le marais,
Ca ne sera pas a Biarritz, ca ne sera surement pas a Lyon sur les collines de Saint-Just,
Mais un jour, quelque part, je te trouverai.
Ce jour, tu seras beau et resplendissant.
Je te regarderai dans les yeux, et tu me sourieras sans rougir.
Tu me plairas, et ensemble, sans se dire mot, on deroulera une vie d'amour.
On se prendra la main, et dans les rues de Saint-Germain des pres, on deambulera,
mes dents blanches au vent, tes yeux illumines au soleil, et tu me feras rire de bonheur.

Et je sais que tu doutes, mais ecoute-moi:
ensemble on va en faire des jaloux, car notre amour sera celui que les gens n'ont pas,
celui qui depasse les limites du malheur humain, celui qui rend la vie belle,
celui qui montre la seule voie de l'acomplissement, celui qui fermera la boite a pandore,

Et parce que tu commences a me croire, il faut que tu comprennes:
quand on repassera par les collines Saint-Just, les cloches du bon Dieu sonneront toutes seules,
quand on se promena a Saint-germain, les oiseaux  gazouilleront de bonheur,
quand on ira au marais, les touristes chanteront en nous lanceant du riz,
et alors, tu sauras que c'est moi qui va te rendre heureux jusqu'au dernier de tes souffles.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 07:21
undefinedJe suis la terre,
ce morceau terrestre peuple de gens qui tracent le droit chemin.
C'est de la que je viens, et je ne sais pas si je pourrais quitter ce sol si dur et reconfortant.

Je suis la mer,
c'est de la qu'on part pour decouvrir d'autres continents et qu'on reve d'eldorado



Je suis la plage, ce bout de terre et de mer indefinissable qui n'appartient a personne.
Je suis marrie un jour, mais le lendemain c'est d'un homme dont je reve.

Partager cet article
Repost0
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 20:43
Durant un cours de Psychologie, notre prof nous avait narre cette experience de jeunes hommes interroges par une jolie fille en haut d'un pont - la fille pretextait je ne sais quoi et donnait son numero de telephone aux jeunes males. La meme experience etait conduite en bas du pont.

Le resultat, c'etait que les jeunes hommes interroges au somment du pont rappelaient la jolie demoiselle et lui proposaient d'aller boire un verre.
Les gars interroges en bas du pont, eux, ne rappelaient pas.

undefinedLa conclusion de la prof, c'etait que d'etre en haut du pont modifie nos sensations physiologiques. Et nous met dans un etat que nous ne voyons pas - les jeunes gars etaient persuades d'etre tombes amoureux tout a fait librement. 
Le cognitif est victime de l'affect.




Bref, tout ca pour vous dire
, que moi aussi, je veux bien tomber amoureux d'un beau gars, Un Gaich bien fait et pas bete, qui m'interrogerait et me poserait une question bidon ou deux. Je lui telephonerais bien, moi aussi.

Et je vous l'affirme: Meme en bas du pont, moi, je tomberais amoureux quand meme.
Partager cet article
Repost0
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 00:04

Si elle me demandait "Ferme les yeux et dis-moi comment je suis habillee aujourd'hui", je ne pourrais pas repondre. Car on passe nos soirees et week-ends ensemble, mais je ne la vois plus.

Pourtant, parfois, j'ai un eclair...  Au supermarche l'autre jour, on cherchait nos articles et on s'est perdu. Quand elle est reapparue, j'ai alors revu ma femme, et j'ai remarque qu'elle etait encore si elegante et jolie, comme au debut....

"J'arrivais plus a te trouver, tu me fuis!" me dit-elle fachee. Elle m'engueule comme son gamin.
undefined
Mais comme je la regardais intensement, ses mots s'adoucissent, son regard et ses yeux fuient les miens et font semblant de ne pas voir que je prends plaisir a l'observer.

Un sourire coquin de fierte et de plaisir alors s'affiche sur son visage. Elle se dit que je la regarde a nouveau et je la sens heureuse.




On est rentre des courses vers 20H, et je me suis mis a mon ordinateur. Je ne l'ai plus regarde jusqu'au lendemain matin.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 07:44
Je revois l'instant. J'etais alle visiter ma grande tante malade, mais j'etais jeune et je ne savais pas ce que reellement malade voulait dire. Elle n'en avait pas beaucoup parle, et on avait appris son cancer a la fin. Moi, je l'aimais tellement, ca me semblait impossible qu'elle parte. J'etais alle la visiter et j'etais tout simplement heureux de la voir. Mes souvenirs de bebe, enfant, adolescent, puis adulte avec elle etaient la pour durer, enfin, je croyais. 
Elle souriait, parlait comme d'habitude, les meme blagues, et avait les memes remarques desobligeantes parfois. Je la scrutais, mais rien dans son expression laissait percevoir une douleur intense.
Alors on a pris une photo. Comme ca, juste pour la photo.
Elle est decedee. Et j'ai developpe la pellicule quelques semaines plus tard. Sur la photo que la camera nous avait rendu, ma grande tante avait un visage de morte. A cote de moi, tout sourire, on lisait le desespoir et la douleur sur le visage de ma tante. La camera savait.

C'est a partir de la que j'ai compris que les cameras ont le diaphragme clairvoyant.

Je revois un autre instant plus recent. Une randonnee, il y a seulement quelques mois. On avait marche tout cet apres-midi dans le canyon, sous le soleil de Juillet. Il n'y avait pas un bruit et peu de gens. On suait, mais ma femme trouvait l'endroit tellement magnifique qu'on etait inspire pour marcher jusqu'en haut du massif rocheux. Un decor de western. On a pris la photo tout sourires.
Quand on est revenu, j'ai regarde nos photos. Et j'ai vu sur la photo, ma femme a mes cotes, souriant et l'air heureuse, mais mon visage suant est triste. J'ai les yeux tombant, le sourire n'est pas la, et je pense a quelque chose d'autre. 
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 22:30

Je me suis retrouve dans un magasin de meubles avec ma femme.

Dans la voiture qui nous y menait, la partie gauche de mon cerveau imaginait ce que serait la vie avec un homme a mes cotes. On serait pas en train d'aller dans un magasin de meubles - on serait en weekend quelque part, et on s'amuserait bien.

Dans le magasin, ma femme me demande "et celui-la?".  Ce a quoi je reponds: "Non, il n'est pas assez costaud, et on aurait du mal a le revendre dans 5 ans". Typiquement, la partie droite du cerveau fonctionnait a son plein.

undefinedCar ceci illlustre quelque chose qui m'echappe - a l'instant ou j'ecris.

Comment puis-je avoir un dedoublement de ma personalite?. Imaginer une vie avec un homme, tout en prevoyant une vie de couple prolongee avec ma femme. 

La partie gauche (et Gaich) du cerveau serait-elle plus faible que la partie droite?

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2008 6 12 /01 /janvier /2008 08:34
On est revenu des courses et on a ecoute Dinah Washington. Un vieux CD rescape du demenagement.

undefinedOn a debouche une bouteille, un Syrah californien. Et c'est parti. Ses grands yeux profonds regardent le vide et les miens les siens.
"A quoi tu penses", je demande a ma femme. "A rien" me dit-telle.
"Le mari de ma collegue a un cancer a 39 ans... c'est triste comme vie". 
Ouais, mais la mienne aussi.

J'ai ainsi termine ma journee, en ecoutant "What a difference a day makes" et en finissant mon Syrah.  
Partager cet article
Repost0